Bien que consciente de la diversité au sein des communautés LGBT,  la société ivoirienne comme toutes celles en Afrique de l’Ouest est pendant longtemps restée en confusion quant au T de l’acronyme qui pour les uns représentait les travestis et pour les autres les personnes transsexuelles. Lapsus languie dira-t-on! En réalité, le T représente les personnes trans* dont l’astérisque rappelle la manière dont la communauté regroupe une diversité d’identité de genre qui ne répondent pas forcement aux conformités sociales. Toutefois, il est important de souligner la manière dont la communauté en général réduisait les besoins des communautés LGBTIQ sur la base de l’orientation sexuelle, et cela même, lorsque les discriminations et violences étaient les causes des différences d’expressions de genre sociales.
En 2015, la naissance de QET Inclusion (QET), regroupant les identités queer et trans*, marqua un tournant décisif dans la révolution des questions liées aux identités et expressions de genre en Côte d’Ivoire.  Après avoir contribué à la mise en place d’un mouvement inclusif œuvrant pour le renforcement de l’estime de soi et la compréhension des identités, QET atteint deux années d’existence, qui représente un certain niveau de maturité puisque, deux années durant lesquelles, l’équipe de direction a travaillé d’arrache pieds pour promouvoir QET tant au niveau national, qu’international, tant dans la mobilisation des ressources, que dans la réalisation de ses activités. Deux ans de défis sociaux majeurs vécus çà et là, durant laquelle les personnes trans* ont compris qu’avec la création de QET, vivre selon son vrai moi peut se faire dans des circonstances beaucoup plus structurées : s’affirmer, éduquer et construire sur la base d’un leadership.
Dans l’élan de l’expression de sa maturité, l’organisme change de logo. D’un logo très coloré dans une écriture à caractère désinvolte et libéral pour annoncer le lancement du mouvement, nous passons  désormais à un logo beaucoup sobre et fortement dominé par les couleurs : noire et rose saumon.
Le noir est la couleur de l’humanité. C’est la couleur du mouvement, il est transversal. Dans un contexte d’intersectionalité, le noir représente le questionnement sur notre moi. C’est le tunnel que nous traversons pour enfin trouver une réponse à nos identités. Mais l’histoire nous a aussi enseigné que le noir est la couleur qui dérange et arrange. Les personnes de peau noire sont à l’intersection de majeurs défis sociaux et politiques. Leur présence et leur affirmation dérangent. Les personnes trans*, noires dérangent et révolutionnent ce qui est archaïque.Quant au rose saumon, il signifie l’efficacité et le rationnel, la capacité à comprendre les difficultés des autres, le refus d’adhérer à la conformité. C’est la couleur de l’équilibre qui s’établie dans la manifestation d’un leadership cultivé, inclusif et structuré.
QET se veut alors la résultante de la combinaison du noir et du rose saumon : une plateforme dont l’expression de la diversité des genres va bien au-delà d’une simple tenue vestimentaire. Elle se veut un mouvement où le vécu de ses membres ne sera pas forcément institutionnalisé, mais que la mise en place de politiques ne sera qu’un complément de réponses aux besoins sociaux et personnels des individus qui s’y identifieront. QET se veut tout simplement être une famille.